Philippe Geluck

Portrait of cartoonist Philippe Geluck, for L’Obs, December 2019.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Mare

Last spring, the beautiful German magazine MARE sent me to St Anthony, Newfoundland-Canada and to Cork, Ireland, to make story on the Gulf Stream, together with writer Stefan Nink. “Zwei Orten, ein Breitengrad” has finally been published in the December issue of Mare.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Ed van der Elsken

Radio Klara interviewed me on the exhibition ‘Lust for Life: Ed van der Elsken in colour’ at Nederlands Fotomuseum in Rotterdam.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Fisheye

Feature on ‘Garden of Delight’ in Fisheye:

By Julien Hory

Jusqu’au 30 juin, le Réservoir accueille l’exposition de Nick HannesGarden of delight. Dans cette série réalisée à Dubaï, le photographe livre sa vision d’une société basée sur le divertissement et l’exploitation. Un travail à découvrir à l’occasion d’ImageSingulières.

« Il ne s’agit pas du marché, mais de la manière dont nous pouvons faire pour mettre Dubaï sur la carte. Il s’agit de construire une marque. » Ces mots du Sultan Ahmed Bin Sulayen, PDG du groupe immobilier Nakheel, résument bien les ambitions du gouvernement de l’émirat de Dubaï. Conscients de leurs réserves pétrolières limitées, les dirigeants du pays ont lancé sur la ville un vaste programme d’investissements. Des grands travaux qui ont modifié le paysage urbain.

Pôle commercial dans les années 1960, Dubaï est devenu en quelques années la ville de la démesure et la capitale de l’industrie du divertissement à destination des élites. Avec Garden of delight, le photographe belge Nick Hannes chronique par la satire les dérives de cette société de l’excès. La série présentée pour la première fois en France dans le cadre du festival sétois ImageSingulières, nous montre une ville sans identité née de l’urbanisation hors-sol.

Pour réaliser ce projet autofinancé, Nick Hannes a dû organiser ses voyages très en amont. « La préparation a été très longue. Pour ne pas me retrouver bloqué et ne pas avoir d’ennuis, je me suis assuré d’avoir toutes les autorisations nécessaires auprès de l’administration locale », explique-t-il. Et s’il a parfois détourné son objectif, le photographe a réussi à capter des scènes qui traduisent les écarts de ce monde – entre le faste décadent du centre-ville et les conditions misérables de ceux que ce système exploite. « La société du divertissement détruit la réalité locale, celle des travailleurs presque réduits en esclavage et parqués dans d’immenses zones de baraquements », ajoute le photographe belge.

Dans ce Las Vegas puissance dix, le paraître côtoie l’indécence, et la tradition le mauvais goût. Mais il ne faut pas voir Garden of delight comme une moquerie. Malgré l’absurdité de certaines situations, le photographe réalise une œuvre politique. Cette série nous dit beaucoup des schémas de civilisation issus de la mondialisation. Dans cette société partagée entre les mosquées et les boîtes de nuit, chacun est surveillé et tout est sécurisé. Pour Nick Hannes « [son] travail parle de la privatisation de l’espace public. À Dubaï, cette privatisation est poussée à l’extrême. Mais en réalité, c’est aussi le cas dans nos sociétés occidentales. Si nous ne prenons pas garde, nous serons dépossédés de nos vies privées », conclut-il.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

L’Obs

Publication in L’Obs, 30 may 2019:

Posted in Uncategorized | Leave a comment

ImageSingulières

‘Garden of Delight’ is exhibited at ImageSingulières Photography Festival in Sète, France. On show until 15 June at Le Réservoir. Some installation shots:

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Artist residency in Matera

I’m back from an artist residency in Matera, Italy, where I was invited to represent our Academy KASK Ghent, along with student Vincent Leroi, on the occasion of Matera European Capital of Culture 2019. ‘Visions of Europe’ will be a collective exhibition with work by students and teachers from 28 European photography schools in September 2019. In Matera. A preview from my series on tourism in Matera:

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Cruise Control

Tortoise Media published a compilation of photographs I took on board of two cruise trips, on the Mediterranean in 2014 and in the Persian Gulf in 2016. Some of these photographs were featured in my books ‘Mediterranean. The Continuity of Man‘ and ‘Garden of Delight‘.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Dartmoor National Park

De Standaard Weekblad published a series of foggy photographs I took in Dartmoor National Park (UK) in January 2019. The series is accompanied by quotes from Conan Doyle’s Sherlock Holmes-novel ‘The Hound of the Baskervilles’, a wonderful crime story that takes place in Dartmoor.

Helletocht

Mei 1901. Sir Arthur Conan Doyle (1859-1930) neemt zijn intrek in het Duchy Hotel in Princetown. Samen met zijn vriend Fletcher Robinson maakt hij elke dag een lange tocht doorheen het barre heidelandschap van Dartmoor. De natuur en lokale legendes inspireren hem tot het schrijven van “The Hound of the Baskervilles”. Daarin verkennen Sherlock Holmes en Dr. Watson de mistige moors om de vloek van de hellehond te ontmaskeren.

Winter 2019. Op een steenworp van het Duchy Hotel, nu een bezoekerscentrum van het Nationaal Park Dartmoor, huur ik een kamer. In de voetsporen van de Victoriaanse schrijver trek ik de heiden in. “The Hound of the Baskervilles” gidst me naar de plekken die Doyle in zijn boek beschrijft: Grimspound, de tijdelijke schuilplaats van Holmes. Het onheilspellende Nuns Cross Farm, woonplaats van slechterik Stapleton. Princetown Prison, waaruit crimineel Selden ontsnapte. En Fox Tor Mire, het levensgevaarlijke moeras waar de beruchte hond zich verbergt.

Dartmoor verkeert in winterslaap. Behalve kraaien en roeken waagt geen dier zich in de hoger gelegen vlakten. De wind rukt er aan mijn kleren. Heuveltoppen hullen zich in flarden mist, die elders aandikken tot miezerige regen – ‘drizzle’ zeggen ze hier. De combinatie van onvoorspelbare natuurelementen en de alomtegenwoordige sporen van langdurige menselijke aanwezigheid – prehistorische dolmens, pokdalige graven en kruisen, vervallen boerderijen, verlaten steengroeven en tinmijnen – oefenen een intimiderende aantrekkingskracht uit, die in de buurt van een spirituele ervaring komt. “The longer one stays here the more does the spirit of the moor sink into one’s soul, its vastness and also its charm”, schrijft Dr. Watson naar Holmes. Of hoe een landschap en een boek elkaar versterken.

Nick Hannes

Posted in Uncategorized | Leave a comment

GUP

Portfolio ‘Garden of Delight’ in GUP Magazine

Posted in Uncategorized | Leave a comment